LA PETITE CÔTE SENEGAL

Infos sur le BAOBAB

Baobabs, Pain de singe

 

Nom botanique: Adansonia digitata.

BAMBARA: Sira, Sito
PEUL: Bobbe, Boki, Boy, Boré
SÉRER: Bak
WOLOF: Gouye (arbre), Bouye (fruit), Lalo (feuilles), Gif (graines)

Famille: Bombacaceae

Caractères botaniques remarquables: Adansonia digitata, ou baobab, est connu dans toute l'Afrique tropicale par son tronc immense et ses énormes branches. Celles-ci ressemblent à des racines, ce qui accrédite la croyance que l'arbre tire grâce à elles sa force du ciel. Diamètre atteignant 3 à 6 m et hauteur, 25 à 30 m. Son aspect frappant inspire de nombreuses comparaisons: éléphant végétal (pachyderme), chameau parmi les plantes, monument préhistorique, «trône des dieux». Les jeunes arbres ont un tout autre aspect, ils ressemblent à des bouteilles élancées dans le bouchon desquelles on aurait piqué les rameaux. Arbre dénudé en saison sèche.
Ecorce de 2,5 cm d'épaisseur environ, tendre, recouverte d'une pellicule gris argent, parfois violacée. Tranche marbrée blanc et rouge, exsudant de la gomme. Plusieurs variétés.
Feuilles longuement pétiolées, digitées, avec 3 à 9 (6 à 7) folioles entières, lancéolées, longues de 4 à 15 cm et jusqu'à 5 cm de large, brillantes dessus, poilues dessous. Fleurs de 15 à 20 cm de diamètre, d'un blanc éclatant, se tachant de brun avec l'âge ou quand on des cueille, solitaires, suspendues à une ficelle, qui peut atteindre 1 m de longueur et support plus tard le fruit. Pollinisation par les chauve-souris et d'autres micro-mammifères. Chez une variété le fruit est sphérique ovoïde, chez l'autre il est allongé ellipsoïde, mesurant 12 à 36 cm de long et 7 à 17 cm de diamètre. Son enveloppe de 0,5 à 1 cm d'épaisseur est pelucheuse, dure, ligneuse, vert brunâtre ou jaunâtre gris et remplie d'une pulpe blanche à rosâtre pâle, compartimentée par 10 cloisons fibreuses dans le sens de la longueur. La pulpe contient de nombreuses graines de la grandeur d'un haricot, dures, réniformes, brun noir avec des incrustations brun rouge.

Floraison: En fin de saison sèche ou juste avant les premières pluies, souvent avant l'apparition des premières feuilles.

Répartition et Habitat: Afrique tropicale sèche, du Sénégal au Soudan, Afrique orientale, de l'Ethiopie au Mozambique et au Natal. Très commune et grégaire.
Zones sahélo-soudaniennes. Espèce protégée souvent plantée, dont la présence est liée à l'occupation humaine. En brousse, elle signale no-tamment les villages disparus. Sols aux qualités très variables. Dans certaines régions, par exemple au Sénégal (Thiès, Kédougou) il forme des peuplements presque fermés. Atteint en Afrique orientale 1500m d'altitude.
Ne pousse pas dans la forêt tropicale humide.
A noter:
Grâce à sa grandeur imposante, à son grand âge et à son utilité variée, le baobab joue un grand rôle dans la culture africaine. Comme source d'ombrage et point de repère dans le paysage, il sert de lieu de rassemblement, de marché ou d'autres manifestations.
Il a une haute résistence au feu et à la sécheresse, car le tronc est succulent.
Les estimations de l'âge varient énormément et vont de 1000 à 6000 ans. Les déterminations on été tentées avec différents procédés, mais son difficiles et assez imprécises. La circonférence des vieux arbres décroît parfois nettement (effet du climat?).

On ne connaît pas d'ennemis au baobab. Les jeunes sujets son détruits par le bétail ou le feu, les plus grains (par exemple en Afrique orientale) son endommagées par les éléphants qui cassent les branches. Les vieux arbres sont foudroyés, renversés par la tempête ou s'effondrent.

Utilisations: Le baobab est un des arbres les plus utiles du Sahel, ce qui lui vaut traditionnellement la protection et la vénération de la population.

On connaît une trentaine d'usage divers dont voici quelques exemples.

Tous les organes de la plante sont riches en matières mucilagineuses et constituent des médicaments émollients et adoucissant. Les feuilles, récoltées en juin, peu après leu épa-nouissement, sont bouillies et servies comme des épinards ou séchées au soleil, réduites en poudre (lalo) et conservées pour être incorporées aux céréales sous forme d'une sauce. Les analyses ont démontré que les feuilles, riches en calcium, fer, protéines et lipides, constituaient un aliment de complément irremplaçable pour les consommateurs de mil.

Les feuilles sont en outre un fourrage de va-leur, important surtout au début de la saison de pluies. Les bergers escaladent les arbres et cassent les pousses pour les animaux qui at-tendent dessous.
Le fruit populairement appelé « pain de singe », a également des usages alimentaires. La pulpe séchée, dure et blanchâtre, renferme 75% de glucides, des teneurs importantes de calcium, de phosphore, de vitamine C et de la thiamine, riflavine et niacine. Pressée ou séchée, la pulpe des fruits, après dissolution dans l'eau, donne des boissons rafraîchissantes, riches en vitamines B1 et C, et affiche des taux records de phosphore, de fer et d'antioxydants.
Les jeunes plantules et les racines de jeunes plants se mangent comme des asperges.
Les graines noires enfermées dans la pulpe sont parfois grillées et consommées en période de famine. C'est un aliment intéressant car elles contiennent plus de protéines que l'arachide; leur pourcentage de lysine (acide aminé indispensable à la croissance) est plus élevé que chez les Légumineuses. Il mériterait un plus large emploi dans l'alimentation des enfants. Fermentées, elles ont un goût d'amande.
Les multiples usages alimentaires des feuilles, de la pulpe et des graines jouent un rôle important dans l'équilibre nutritionnel des populations de la zone soudano-guinéenne, absorbant peu de poisson, de viande ou de fruits et légumes frais.
L'écorce est employée comme adoucissant pour combattre les inflammations du tube di-gestif et les différentes fièvres. Les paysans extraient les fibres de l'écorce, au moment de la montée de la sève, sur 1,50 m de hauteur et sur toute la circonférence, pour confectionner des cordes et cordages ; autrefois ils s'en fa-briquaient des vêtements.
Le bois tendre et spongieux n'est pratiquement pas utilisé. Il contient beaucoup d'eau, jusqu'à 10 000 l dans les gros arbres. En cas de di-sette, il est mâché par les hommes et les ani-maux et apaise la soif. Les vieux arbres comportent souvent des cavités naturelles ou creusées qui servent soit de citernes à eau (pendant plusieurs mois au Soudan), de grenier à céréales et autres provisions, de refuges ou, par endroits, de lieu de sépulture. Le bois des arbres foudroyés ou morts de vieillesse se réduit en compost qu'on répand sur les champs.
On extrait des racines une teinture rouge. Evidées, les coques ligneuses des fruits servent de puissettes à eau, et réduites en cendres, d'engrais ou de matière première pour savon.

Usages avérés en pharmacopée:
Ecorce:
Fébrifuge, antidote pour Strophantus.
Feuille(s): Asthme.
Pharmacopée traditionnelle:
Racines:
Fortifiantes. Paludisme. Ecorce: Paludisme, inflammation du tube digestif, carie dentaire, anorexie, lumbago, rickettsiose.
Feuilles: Diurétiques, diaphorétiques, aussi utilisées comme antidiaphorétiques, toniques. Fièvre, diarrhée et dysenterie, lumbago, ophtalmie.
Fruits – Pulpe: cicatrisante. Diarrhée infantile, tuberculose.

EMPLOIS ET POSOLOGIE POUR DIARRHEE INFANTILE
Préparer une gelée de 20 g de pulpe farineuse dans 250 ml d'eau bouillante. La posologie recommande une tasse (150 ml) à 0,5 l de cette gelée par jour jusqu'à arrêt de la diarrhée. En cas de persistance au-delà de 72 heures, il est fortement recommander de consulter un praticien (infirmier ou médecin).

Ecorce: Plaie. Fibres rouges: emménagogues. Aménorrhée. Graines: Galactagogues+, contrepoison du Strophanthus. Carie dentaire, gingivite, paludisme, rougeole, gastrite. Gomme: Plaie. Sève: Carie dentaire.
Usages alimentaires et culinaires: Feuilles: condiment alimentaire. Fruits: Pulpe, boissons acidulées et sucrées, condiment culinaires. Coque réduite en cendre: succédané du sel. Coque réduite en poudre: succédané du tabac ou mélangée au tabac à priser. Graines: Oléa-gineuses.
Usages agricoles, pastoraux et vétérinaires: Ballonnements (bovins). En fin de saison sèche, lors de pénuries de fourrage, chevaux et ânes sont amenés à en manger spontanément l'écorce. Feuilles, Ecorce: Remèdes pour che-vaux. Rameaux, Feuilles, Fruits (pulpe): Don-nées au bétail en saison sèche, diarrhée chez les bovins. Par manque de fourrage, chevaux et ânes mangent spontanément l'écorce en fin de saison sèche. Fleurs: Attirent les abeilles et oiseaux, généralement fécondées par les roussettes. Fruits (coque): Dermatophilose+ des ruminants.
Usages domestiques, artisanaux et industriel: Tronc: Creux, sert d'abri, de grenier, de réser-voir d'eau, d'étable. Servait jadis de tombe aux griots (Sénégal). Racines: Teinture rouge. Ecorce: Cordes d'instrument de musique, cor-dages, liens, filets, nattes, teinture rouge. Fruits (pulpe fumée): Répulsif contre les mouches.

(+ plante utilisée en association avec d'autres composants)

Le Baobab en plusieurs langues : af: Kremetart, bs: Baobab, cs: Baobab, da: Baobab, de: Affenbrotbäume, el: Αδανσονία, en: Adansonia,  eo: Baobabo, es: Adansonia, et: Ahvileivapuu, fr: Adansonia, hr: Baobab, ia: Baobab, id: Baobab, it: Adansonia, ja: バオバブ, la: Adansonia, lt: Baobabas, mg: Baobab, nl: Baobab, no: Baobab, pl: Baobab, pt: Baobá, ru: Адансония, simple: Baobab, sr: Баобаб, sv: Baobabsläktet, tr: Baobab, uk: Баобаб, vi: Bao báp, zh: 猴面包树. Baobabe

Baobab tree, baobab oil, baobab seed oil, baobab pulp fruit.

Abaobab, le magasin du baobab et la jardinerie du baobab.

informações sobre o Baobá antioxydant y radicaux libres



21/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres